La traduction, un vrai métier

Youtuber, Blogger, Scénariste, Désespérée

La traduction fait partie de ces métiers qui donnent l’impression d’être faciles. Il suffirait de parler une langue étrangère pour pouvoir s’improviser traducteur. Or, cette profession est ultra exigeante. Il faut faire preuve de minutie, de rigueur et de discipline pour fournir un texte de qualité dans sa langue maternelle. Et la qualité, ça prend du temps.

A l’ère du numérique, notre « société du dépêche-toi » réclame des résultats toujours plus rapides : rédiger une traduction de qualité relève parfois du défi. En 2017, Netflix avait lancé sa campagne de recrutement de traducteurs pour sous-titrer ses films et séries. La société avait même utilisé un titre ronflant très trumpien : « recruter les meilleurs traducteurs du monde ». Pourtant, ces dernières années, les articles et commentaires ont fleuri sur la toile pour signaler la piètre qualité de certains sous-titrages. La rapidité aurait parfois pris le dessus sur la qualité.

Voici un extrait de l’article du Point en date du 6 mai 2019 intitulé : « Pourquoi les sous-titres de Netflix frisent l’amateurisme » :

Il fallait aller très vite pour répondre à la demande. » « J’ai des traducteurs de l’ATAA qui ont fait le test et ont été recalés parce qu’ils étaient trop minutieux, donc trop lents »

Un résultat contre-productif qui doit nous interpeller. Pas uniquement dans le monde de la traduction. Doit-on accepter cette course effrénée et se contenter d’un travail bâclé ?

Dans le triangle Qualité – Coût – Délai, une combinaison n’existe tout simplement pas : rapide, qualitatif et pas cher.

Le pouvoir de la langue maternelle

La langue maternelle influe sur le développement

Une nouvelle étude menée par l’Université McGill et l’Institut neurologique de Montréal (tous deux implantés au Canada) a permis de démontrer qu’une exposition même très précoce et très brève à la langue maternelle avait une incidence sur la façon dont le cerveau traite les sons d’une deuxième langue ultérieurement, et cela, même si l’on ne reparle plus jamais la première langue.

(Traduction personnelle d’une brève publiée dans le n° 709 du magazine Vocable en espagnol)WP_20160112_002