Los traductores del futuro

Recomendio este breve vídeo publicado por Radio Televisión de Castilla y León sobre el aprendizaje de idiomas y la actividad de traducción (español y francés).

 

Advertisements

Le pouvoir de la langue maternelle

La langue maternelle influe sur le développement

Une nouvelle étude menée par l’Université McGill et l’Institut neurologique de Montréal (tous deux implantés au Canada) a permis de démontrer qu’une exposition même très précoce et très brève à la langue maternelle avait une incidence sur la façon dont le cerveau traite les sons d’une deuxième langue ultérieurement, et cela, même si l’on ne reparle plus jamais la première langue.

(Traduction personnelle d’une brève publiée dans le n° 709 du magazine Vocable en espagnol)WP_20160112_002

Événement : « Traduire l’Europe » à Expolangues (Paris)

Du 5 au 7 février, le Parc des expositions (Porte de Versailles à Paris) proposera un événement spécial consacré au monde de la traduction et aux programmes de mobilité européens.

Des animations et des ateliers divers seront proposés:

  • sous-titrage,
  • programmes de mobilité européens (Erasmus+),
  • interprétation en langue des signes,
  • traduire le sport/les jeux vidéos/la littérature ado,
  • concours et stages dans les institutions européennes,
  • jeux d’éveil aux langues,
  • métiers de l’interculturel,
  • interpréter pour l’Europe,
  • terminologie,
  • métier de juriste-linguiste

Pour tout complément d’information et pour obtenir le programme complet, rendez-vous sur le site http://ec.europa.eu/france/news/traduire_l_europe_fr.htm

Le danger de la traduction automatique en milieu médical

Le manque de fiabilité des logiciels de traduction automatique est largement connu. Certes, de nombreux travaux permettent d’améliorer leur fonctionnement, mais les outils virtuels sont encore bien loin de pouvoir remplacer l’intelligence humaine.

Et s’il y a bien un domaine où ils sont absolument à éviter, c’est le milieu médical étant donné les implications dramatiques que cela pourrait avoir. D’après une récente étude anglaise, 60 % des traductions sont inexactes.

Les dégâts sont limités quand il s’agit de passer de l’anglais à une langue européenne. En revanche, les choses se corsent pour les traductions en langue asiatique et africaine avec seulement 45 % d’exactitudes.

source: http://www.topsante.com/medecine/medecine-divers/hopital/le-piege-de-la-traduction-medicale-sur-google-75087

S’appuyer uniquement sur les compétences linguistiques d’un médecin ou d’un infirmier bilingue n’est pas pour autant la solution idéale.

L’affaire connue sous le nom du “Mot qui valait 71 millions de dollars” s’est déroulée en 1980. Un homme d’origine hispanique est arrivé dans un état comateux dans un hôpital aux États-Unis. Comme sa famille ne parlait qu’espagnol, un membre bilingue du personnel a assuré la communication. Malheureusement, cette personne a  interprété le mot espagnol “intoxicado” par “intoxicated”, une erreur qu’un interprète professionnel n’aurait pas commise. En effet, en anglais, “intoxicated” renvoie davantage à l’état induit par une surconsommation d’alcool ou de drogue, et non à un état plus large d’empoisonnement comme “intoxicado” (ou “intoxiqué” en français). La famille pensait qu’il souffrait d’un empoisonnement alimentaire. Quant aux médecins, ils l’ont soigné comme s’il souffrait d’une overdose. En réalité, il a souffert d’une hémorragie cérébrale et, faute d’un traitement adapté et rapide, le patient a fini quadriplégique. Le procès s’est soldé par le versement de la somme de 71 millions de dollars.

Cela prouve que les services d’interprètes et traducteurs professionnels demeurent indispensables, notamment lorsqu’il est question de sauver des vies.

La langue des signes, star de cinéma en France

La famille Bélier, c’est le succès cinématographique de la fin de l’année 2014. Touchant, émouvant et drôle, c’est une comédie familiale qui se regarde avec plaisir. Après Intouchables, le handicap est donc de nouveau mis en avant sur les écrans français. Ce film d’Eric Lartigau, avec à l’affiche Karin Viard, François Damiens et Louane (révélée dans la saison 2 de The Voice), parvient à montrer le quotidien et les difficultés des personnes sourdes.

La traduction de la langue des signes avait été l’un des sujets abordés lors de la conférence d’AUSIT en novembre dernier à Brisbane en Australie. La convivialité et la joie de vivre du binôme Brett Casey et Cynthia Cave avait particulièrement marqué tous les esprits ; une légèreté retrouvée dans ce film.

Toutefois, un article publié dans le journal La Voix du Nord vient nuancer le contenu du film. L’interprète professionnel auquel on recourt les personnes sourdes et muettes n’est pas présent dans le film, puisque c’est Paula la fille de 16 ans, qui tient ce rôle (plus pour un effet dramatique que pour refléter la réalité des choses).

“Pour le public, c’est bien. En revanche, il y a des détails de la vie des personnes sourdes qui sont montrés et qui sont faux […] C’est un film de fiction, mais cela fait peur de se dire que les spectateurs vont avoir cette image des sourds.” Carmen Flament, responsable d’équipe et formatrice à l’association Trèfle.

Voici la bande-annonce officielle :

Les catalogues de jouets de Noël

Traduire les emballages de jouets et autres contenus utilisés dans les catalogues et magasins de jouets.

Depuis quelques semaines, les catalogues de jouets ont envahi les boîtes aux lettres. Ces catalogues de papier glacé ont été soigneusement élaborés pour susciter envie et rêve chez tous les enfants qui les consultent. Mais en voyant le résultat final, vous n’imaginez peut être pas tout le travail linguistique qui a été nécessaire pour que ces jouets soient prêts à se retrouver dans les rayons des magasins et dans les catalogues.

Traduire les slogans et noms des jouets

En raison de la mondialisation et de la standardisation de la production, on remarque que les noms de jouets demeurent souvent exotiques et étrangers avec des noms souvent à consonnance anglosaxonne. Cela dit, il est parfois indispensable d’adapter certains noms, notamment lorsque les termes étrangers utilisés ont une connotation négative, voire pire vulgaire, dans la langue du pays où le jouet doit être vendu.

Traduire le manuel d’utilisation

Pour que vous-même et votre enfant sachiez comment faire fonctionner en toute sécurité le jouet, il est primordial que vous puissiez lire le manuel dans votre langue.

Traduire la fiche technique

Entre les fonctionnalités, la puissance, les différentes caractéristiques, les compatibilités, etc., il existe un florilège d’informations à traduire avec exactitude. Par exemple, il ne faudrait pas que vous achetiez le mauvais type de pile !

Traducteur, un métier de l’ombre au service du rayonnement de l’autre!

Le Journal de l’Association canadienne des juristes-traducteurs

Dans le dernier bulletin d’information de l’Association canadienne des juristes-traducteurs, divers thèmes très intéressants ont été abordés. Même en travaillant dans un contexte français (de France), je trouve qu’il est crucial de savoir ce qui se passe dans les autres contrées francophones (Source : http://acjt.ca/medias/63/juriscribe_octobre_2014.pdf)

Au menu de cette actualité juridique, les structures des cabinets d’avocats, les brevets et marques de commerce dans le milieu du football, le financement par Internet, la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration, la crise financière, etc.

Il y est également question de l’Institut d’été de jurilinguistique de la Faculté de droit de McGill, journée reconnue par le Barreau du Québec, qui a vu la présence d’une professeure de Poitiers, Mme Laporte-Legeais, pour une perspective européenne sur “Les mots du droit”. Ce bulletin d’information est l’occasion de (re)découvrir l’existence de Juriscope (http://www.juriscope.org/), centre d’accès aux droits étrangers, une excellente source d’informations ! En effet, le site propose même des traductions des lois étrangères : http://www.juriscope.org/les-traductions/traductions-de-lois-etrangeres.htm

Les traductions des lois françaises sont accessibles sur le site de Legifrance : http://www.legifrance.gouv.fr/Traductions.

Lors de sa présentation, Mme Laporte-Legeais a annoncé l’achèvement de la traduction du « Vocabulaire juridique » de Gérard Cornu (disponible à partir du 30 octobre sur : http://www.lalibrairie.com/tous-les-livres/dictionary-of-the-civil-code-alain-a-levasseur-association-henri-capitant-marie-cornu-9782711021246.html) Cet ouvrage est plus qu’une adaptation littérale. Les auteurs ont opéré une transposition des notions de droit civil français dans le droit anglo-saxon.

Mention intéressante page 13 concernant la décision de l’État de Washington de ne plus utiliser des termes sexistes (ex : spokesman, chairman et sportsman deviennent désormais spokeperson, chairperson et outdoor enthusiast).

Pour conclure, la section du bulletin à ne pas manquer concerne l’article « L’art de traduire un texte juridique truffé d’erreurs et d’ambiguïtés » (pages 6 à 10). Entre common law/droit civil, bilinguisme, créativité/exactitude, syntaxe/interprétation et traduction raisonnée/mécanique, diverses notions sont traitées et font émerger les différents obstacles rencontrés dans cet exercice périlleux qu’est la traduction juridique dans un pays comme le Canada.

On ne peut pas traduire sans interpréter.